Bioasis
ail des ours medicinal
Accueil » 1001 plantes médicinales » Ail des ours : Ses propriétés médicinales sur notre santé

Ail des ours : Ses propriétés médicinales sur notre santé

Détoxifiante, antibactérienne, protectrice du coeur, riche en vitamine C… Oui, on vous parle bien de l’ail des ours ! Découvrez tous nos conseils pour consommer cette plante médicinale sans danger.

Qu’est-ce que c’est ?

  • Nom scientifique : Allium ursinum
  • Nom commun : Ail sauvage, Ail des bois
  • Origine : Europe
  • Classification botanique : Alliaceae
  • Famille de plantes : Amaryllidacées
  • Propriétés : Dépuratif, antiseptique intestinal, antibiotique naturel, antioxydant…

L’ail des ours est une plante herbacée vivace que l’on trouve particulièrement en forêt ou en bord de ruisseau.

Le terme « ours » vient d’une légende allemande selon laquelle les ours partaient à la recherche de ces feuilles pour se purger après l’hibernation.

L’ail des ours possède les mêmes principes actifs que ceux des ails communs mais à des concentration supérieures.

Histoire et origine

Dans l’antiquité, l’ail des ours était considéré comme une plante dotée de magie blanche. Selon la croyance, elle avait le pouvoir de protéger l’enfant à naître. Elle était alors portée par les femmes enceintes.

Selon les recherches, les premières traces de cette plante remontent à l’âge néolithique dans le Jura. L’ail des ours était utilisé par les Germains et les Celtes comme une plante médicinale purifiante.

Au combat, les Germains en consommaient pour accaparer la force du mammifère. Depuis le moyen-âge, la plante est considérée comme supérieure à l’ail commun en raison de ses vertus médicinales très efficaces. De nos jours, nous l’utilisons particulièrement dans les remèdes en phytothérapie et en cuisine pour une alimentation naturelle.

fleur blanche ail sauvage

Composition : riche en vitamine C

Cette plante sauvage est très riche en vitamine C, huile essentielle sulfurée, sulfure de vinyle, allicine et sels.

C’est un antibiotique naturel et un antimicrobien très efficace. Son huile essentielle est appréciée pour ses vertus anti-inflammatoires et son odeur si particulière. Elle est efficace en cas de douleurs articulaires (arthrite, rhumatismes).

À quoi ressemble la plante ?

L’ail des ours ressemble en beaucoup de point à l’ail commun utilisé en cuisine. Ses feuilles apparaissent en avril et peuvent se confondre avec celles du muguet et u colchique. Faites très attention à ne pas vous tromper lors de la cueillette : le muguet et le colchique sont des plantes toxiques !

Pour les reconnaitre facilement, froissez la feuille et sentez-la. Elle dégage une odeur très particulière : une puissante senteur d’ail. La feuille est comestible et très riche en vitamines.

La plante fleurit de mai à juin. Ses fleurs ont de petites pétales blanches en forme d’étoile avec un bulbe blanc allongé.

Quand récolter l’ail sauvage ? La récolte des feuille au moins d’avril, lorsque celles-ci sont encore jeunes, tendres et fraiches.

Vous pouvez, au même moment, cueillir un ou deux bulbes pour les cultiver dans votre jardin à la saison prochaine. La plante pousse dans les endroits ombragés, frais et humides avec une terre riche.

Propriétés : Detox, antibactérienne…

Possédant les mêmes principes actifs, l’ail des ours présente des propriétés médicinales identiques à celles de l’ail commun. Bien que les recherches concernant cette plante ne sont pas encore très nombreuses, ses vertus thrombotiques sont reconnues. Il en est de même pour ses propriétés curatives contre le cancer.

Voici ses nombreuses vertus sur la santé :

  1. Détoxifiante et dépurative : Grâce aux acides animés soufrés qu’il possède, l’ail des ours a des effets detoxifiants qui permettent au foie d’éliminer efficacement les toxines, les métaux lourds et les substances cancérigènes.
  2. Protège le coeur : Il aide à diminuer la pression artérielle et stimule la circulation sanguine. Les médecins le recommandent surtout lors d’une athérosclérose (car l’ail aide à fluidifier le sang et à lutter contre le cholestérol).
  3. Anti-bactérienne, antiseptique et antifongique naturel : Il aide à maintenir une flore intestinale saine en désinfectant l’intestin et grâce à ses propriétés vermifuges. Elle soulage les maux d’estomac, les diarrhées, les ballonnements et peut également désinfecter une plaie.
  4. Anti-oxydante : L’ail sauvage protège les cellules du stress oxydatif et lutte ainsi contre le vieillissement et certaines maladies.

Utilisation de l’ail des ours

En phytothérapie, on utilise la partie souterraine de la plante (le bulbe), ses feuilles et ses fleurs.

Je recommande de prioriser l’utilisation de la feuille pour préserver le bulbe et donc les cultures des années suivantes.

Cuisiner la feuille

Vous pouvez consommer la feuille en pesto, en remplaçant le basilic par la feuille d’ail. La recette est la même. Vous pouvez le conserver longtemps au congélateur.

Si vous ne souhaitez pas le congeler, vous pouvez conserver votre pesto plusieurs jours au réfrigérateur dans un bocal et le recouvrir d’une bonne couche d’huile d’olive.

pesto ail des ours

Cela pourrait vous intéresser : Recette du Pesto à l’ail des ours

La feuille d’ail est appréciée en cuisine. Vous pouvez cuire les jeunes feuilles comme des épinards (en omelette par exemple).

Vous pouvez aussi consommer les jeunes pousses en quiche agrémentées de fromage de chèvre ou de parmesan.

Je ne recommande pas de manger les feuilles crues (en salade par exemple) à cause du risque de transmission de l’échinococcose alvéolaire par les animaux sauvages (voir le dernier paragraphe sur les dangers et les contre-indications de l’ail sauvage).

Le bulbe et les bulbilles (gousses d’ail)

Le bulbe est utilisé dans des décoctions, teintures, cataplasmes et sirops.

Pour l’utiliser en tant que vermifuge, il vous faudra le broyer dans du lait.

En usage externe, les gousses d’ail peuvent se révéler efficaces pour éliminer les maladies de peau (eczéma, cors, durillons, verrues, furoncles).

En cuisine, on l’utilise comme condiment pour rehausser le goût de tout type de plats.

L’essence

On utilise l’essence en tant que désinfectant de l’air intérieur et de rubéfiant sur les rhumatismes. Pour ce faire, macérez 30 g d’ail écrasé dans 25 cl de vinaigre de vin pendant quelques jours (10 minimum).

Dangers et contre-indication

Évitez de consommer d’ail des ours en cas d’irritation gastrique, urinaire ou intestinale.

Comme beaucoup de plantes médicinales, son utilisation peut interférer Pour éviter tout risque d’interaction, évitez d’en prendre en même temps que ce type de médicament.

Je ne conseille pas l’ingestion de feuille crue provenant de terrains où vivent des renards ou autre animaux sauvages. En effet, potentiellement infectés par l’échinococcose alvéolaire, ces animaux peuvent contaminer la plante qui peut, à son tour, vous contaminer. Ces infectants résistent en partie au froid mais peuvent être détruits en une minute à 100°. Ces recommandations sont valables pour l’ortie, l’oignon sauvage et tout autre plante sauvage…

Enfin, faites très attention au moment de ramasser l’ail des bois : ne le confondez pas ! Même si les petites fleurs blanches du muguet de mai (qui apparaissent également au début du printemps) ressemblent fortement à celle de l’ail, ne vous y méprenez pas : elle est toxique ! Référez-vous à sa forte odeur d’ail plutôt qu’à sa floraison.


Pour aller plus loin sur les plantes médicinales :

Ajouter un commentaire